Indemnité d’éviction d'un bail commercial, Saint-Tropez

Sauf circonstances particulières prévues par les articles L145-17 et suivant du code de commerce (tel que la faute commise au cours du bail précédent par le locataire), le propriétaire ne peut reprendre son local sans verser préalablement à son locataire une indemnité d’éviction.

L’indemnité d’éviction comprend notamment la valeur marchande du fond de commerce, déterminée suivant les usages de la profession, augmentée éventuellement des frais normaux de déménagement et de réinstallation, ainsi que des frais et droits de mutation à payer pour un fond de même valeur, sauf dans le cas où le propriétaire fait la preuve que le préjudice est moindre (article L145-14 du code de commerce).

Dans des zones de forte commercialité telles que dans le Golfe de Saint-Tropez et dans les stations balnéaires de la Côte d’Azur, l’indemnité d’éviction peut représenter une somme très conséquente y compris en cas d’éviction du locataire dont l’activité est déficitaire si la valeur de son droit au bail, du fait de l’emplacement du local, est élevée.

A défaut d’accord amiable, c’est le Tribunal de Grande Instance qui fixe le montant de l’indemnité d’éviction et ce, le plus souvent après expertise judiciaire.

Un rendez-vous rapide

Après avoir pris connaissance par mail (vh@helleboid-avocat.fr) ou téléphone (04 94 97 05 44) du contexte dans lequel vous souhaitez que le cabinet vous apporte les conseils ou l'assistance dont vous avez besoin, un rendez-vous vous sera fixé dans les plus brefs délais au cabinet situé 4 avenue Paul Roussel à SAINT-TROPEZ.

Nous contacter

Consultez également :